cortaletsNB 6

sur les pentes du Canigou

Le pic del Canigo (2784m) domine toute la plaine du Roussillon, il représente un véritable symbole national en Catalogne. Chaque année, début aout, quelques 800 passionnés de course à pied en montagne s »alignent au départ du désormais classique et fantastique Championnat du Canigou. Mais il existait aussi une course VTT sur la montée  jusqu »aux Cortalets. Il se trouve que BTT66 a déjà remporté 3 fois cette classique VTT désormais absente du calendrier. Je l »ai donc suivi pour une visite guidée en  mountain bike sur les pentes du Canigou !

Première constatation, le catalan en général n »a qu »un très faible aperçu de ce que peut représenter l »humidité. Au Ras dels Cortalets (2055m), pris au piège dans un nuage, BTT66 qui a tout de même un peu transpiré pendant les quelques 1213m de dénivelé positifs avalés d »une traite (ça rassure quand même !) constate avec effroi qu »une fine couche de rosée s »est formée sur ses chaussettes ! Il entame alors une sardane endiablée devant son NGN médusé…

 

La première descente qui nous amènera jusqu »au refuge de Balatg (1582m) est bien connue des trailers puisqu »elle fait partie du parcours du championnat du Canigou dont je parlais ci-dessus. Les virages s »enchaînent à grande vitesse dans un décor de rêves. Le passage au Roc dels Balitres (1827m) est un enchantement. Sous un épais manteau d »aiguilles de pins, la trace peliautomaatti suit un cheminement qui a su traverser le temps entre enrochements artificiels et tapis de mousses confortables.

C »est déjà terminé et il faut à nouveau suivre cette piste jusqu »au col des Voltes (1838m). Une tribu de scouts accueillante, nous propose d »échanger nos montures avec leurs ânes qui refusent d »aller plus loin ! Rien n »y fera, nous ne céderons pas. La descente qui plonge devant nous a la caractéristique étonnante de dénombrer une quantité astronomique de virages en épingles courts et pentus. La trace est sauvage car l »itinéraire n »est plus ou peu emprunté par les randonneurs. C »est à ce moment là que je me mets à lorgner sur la tige de selle télescopique de BTT66 qui avale les difficultés avec une technique toute en glisse qui a désormais fait ses preuves notamment sur la transVésubienne. Je dois l »accepter: je suis bien le « boulet du groupe » de 2 !

 

Le téléphone sonne, BTT66 explique poliment et respectueusement qu »il nous a fallu un peu plus de temps que prévu à cause des ânes immobilisés sur le parcours. Je m »en sors bien !

 

 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire